search
top

Dumaguete et ses alentours

Lac de Balanan, Interdit de se baigner dans le lac

Lac de Balanan, interdit de se baigner

Avant et après notre séjour sur l’île de Siquijor, nous sommes passés par Dumaguete, capitale de la province de Negros oriental. Durant ces quelques jours nous aurons profité de l’accueil chaleureux des parents d’amis avec qui nous avons pu découvrir les alentours de Dumaguete et notamment un lieu charmant : le lac de Balanan.

Les photos de la piscine d’eau naturelle (voir ci-dessous) nous ont d’ailleurs été aimablement fournies par Jean-Claude, notre hôte, qui tient un blog très intéressant avec de beaux clichés sur les Philippines.

Le marché de Malatapay

Tous les mercredis matins, Malatapay se réveille avec une multitude de stands : fruits et légumes, poissons frais ou séchés, nattes et objets tressés, couteaux-coutelas-coup’coup’ (de quoi faire un beau stock pour les prochaines fêtes déguisées), fringues en tous genres, lechon baboy (cochon rôti) et même foire aux bestiaux. Une ambiance particulière qui peut valoir le détour et offrir une belle sortie photo, si on respecte quelques règles de base. Comme Nico l’avait expliqué précédemment dans un de ses articles, il vaut mieux venir tôt dans les marchés… Pour nous cette fois, c’est loupé : nous arrivons alors que les premiers camions de bestiaux quittent déjà les lieux et que les marchands ambulants spécialisés dans les touristes tentent de nous vendre de magnifiques perles. Dommage ! Nous avons tout de même apprécié notre déambulation entre les stands achalandés, ainsi que la balade le long de la mer qui nous a offert de beaux points de vues avec sur notre droite une belle vue sur l’île d’Apo et sur notre gauche les montagnes de Negros. Quel bel endroit !

Poissons au marché de Malatapay, Negros, Philippines

Poissons séchés au marché de Malatapay

Femme qui achète du poisson au marché de Malatapay, Negros, Philippines

Acheter du poisson, dur choix !

Vue des montagnes de Negros depuis la plage

Pour aller au marché de Malatapay depuis Dumaguete, rien de très compliqué, beaucoup de jeepneys et bus allant vers le sud y passent. Pour savoir si vous êtes arrivés, il suffit de tendre l’oreille : si le son des karaokés recouvre celui des cochons (donc inaudibles depuis la route), c’est bon !

Le lac de Balanan

Lac de Balanan, maison flottante

Lac de Balanan, maison flottante

Une fois n’est pas coutume, nous étions motorisés en 4×4 grâce à Jean-Claude notre GO de la journée. Nous avons donc pu profiter au maximum de notre balade sans avoir aucun soucis de transport, de négociation et d’heure de retour… Nous nous demandons même si sans lui nous serions arrivés jusque là. En effet, une fois la highway quittée, seulement 10km sont annoncés pour arriver au lac. Cependant ce sont 10 kilomètres de mauvaise route : en moto cela peut sans doute passer (à la saison sèche du moins) soit avec une de location soit en montant sur un habal-habal.

Lac de Balanan - chutes d'eau

Lac de Balanan – chutes d’eau

À peine arrivés au lac, nous fonçons en direction des chutes d’eau. Le sentier est au début très bien balisé puisqu’il est totalement cimenté, mais à partir d’un moment, le ciment laisse place à un petit chemin pavé. Puis le petit chemin pavé s’arrête pour continuer sous forme de sentier. Nous avons beau tendre l’oreille nous n’entendons pas la moindre chute d’eau hormis celles des gouttes de transpiration qui nous inondent le dos et les yeux… Au moment où nous allions abandonner (au milieu d’un champ de cailloux où deux pauvres buffles tentent de ruminer tranquillement à l’ombre), nous voyons une petite pancarte indiquant les chutes d’eau ! Ne perdons pas courage, on n’est pas venu jusque là pour rien. Enfin nous percevons quelques glouglous encourageants : encore un dernier petit effort et nous y voilà ! J’ai tellement chaud que j’ai envie de boire toute la cascade et de m’y jeter toute habillée (et à la limite, je suis déjà trempée, personne ne verra la différence !)
Après avoir bien rafraichi mes doigts de pieds (raisonnable pour cette fois), nous reprenons le chemin du retour et croisons le reste de l’équipée qui arrive seulement : ils décideront de retourner avec une barque pendant que nous ferons le chemin inverse à pieds. Évidement quelques dizaines de mètres avant l’arrivée nous entendons des voix sur le lac : noooooon, ils ne nous doubleront pas ! Pris d’une folie subite (on ne peut pas toujours être raisonnable) c’est en courant que nous ferons la fin du parcours juste pour avoir la joie d’arriver les premiers ! Faut pas toujours essayer de comprendre mais il nous reste ensuite juste à assumer les conséquences de nos actes spontanés : nous sommes à nouveau en nage…
Qu’à cela ne tienne, on va pouvoir se baigner à nouveau (et en maillot cette fois) dans les piscines aménagées alimentées par l’eau des sources. Nous avions tellement eu chaud avant que cette baignade fut salvatrice ! Un pur moment de bonheur et de bien-être.

 Lac de Balanan - Piscine d'eau naturelle

Lac de Balanan – Piscine d’eau naturelle

Pour info au lac Balanan, il y a un resort où nous avons bien mangé et où il possible de dormir : les chambres étaient affichées à 1500 pesos (~ 30 euros) pour la classique et 2000 pesos (~ 40 euros) pour les plus grandes. Si vous arrivez jusque là en transport, autant y rester un peu plus longtemps car le lieu est calme et semble assez peu fréquenté.

Tambobo Bay

Vue de la Tambobo bay

Vue de la Tambobo bay

Dernière petit arrêt photo dans quelques baies des environs. Notre aimable GO avait prévu un passage au Kokoo’s nest que j’avais repéré auparavant en feuilletant le guide, mais vu l’heure tardive (à cause du temps passé au lac !) nous prenons la route du retour : il ne faut pas oublier qu’il fait nuit tôt et comme je l’expliquais dans un précédent article, mieux vaut ne pas rouler de nuit. Nous aurons donc encore quelques trésors cachés à découvrir lors de notre prochain passage sur Negros ! Mais ça ce sera pour plus tard car pour l’instant nous sommes déjà sur l’île de Bohol !

Une seule réponse à “Dumaguete et ses alentours”

  1. kushi dit :

    Trop classe la piscine d’eau naturelle, je la connaissais pas ! Va falloir que je retourne dans ce merveilleux lieu. Profitez bien des derniers instants à Bohol si vous y êtes toujours !

Laisser une réponse

CommentLuv badge
 

top
Lire les articles précédents :
Siquijor ou l’art de prendre son temps

En 2013 nous pensions passer quelques jours sur l'île de Siquijor mais c’était sans compter un mauvais smash au beach...

Fermer
Suivez-nous !

Recevez chaque nouvel article directement par email.

Vous pouvez également nous suivre depuis notre flux RSS.