search
top

Combat de coqs aux Philippines

En raison des festivités de Pâques, nous sommes restés un peu plus longtemps que ce que nous pensions sur l’île de Camiguin. Cependant, ces quelques jours supplémentaires nous aurons permis de sortir un peu des chutes d’eau et autres sources incontournables de l’île et de découvrir nos premiers combats de coqs.

Entraîner les coqs au combat

Depuis la fenêtre du bus, j’avais déjà eu l’occasion d’apercevoir des entraînements de combats de coqs. Nico en avait d’ailleurs photographié le jour où nous étions en balade dans les alentours de Dumaguete. Cependant, hormis ces quelques indices ainsi que les nombreuses fermes de coqs que l’on voit un peu partout dans le pays, nous n’avions jamais été pris dans la fièvre philippine des paris de combats de coqs. C’est enfin chose faite et ce fut un moment mémorable.

entraînement aux combats de coqs

entraînement aux combats de coqs

Au cockpit de Mambajao

En quittant Mambajao à califourchon sur notre moto, nous croisons un rassemblement important de motos et de tricycles : après la folie de Pâques, on ne s’en étonne qu’à moitié. Sauf que là, au lieu de voir des milliers de fidèles sur le chemin de croix, on n’aperçoit aucune manifestation, mais entendons malgré le bruit du moteur de la moto la rumeur d’une foule passionnée et hurlante. Je m’imagine immédiatement qu’il doit s’agir d’un combat de coqs : nous retournons sur nos pas et en effet, le cockpit de Mambajao est plein à craquer.

Nous payons le droit d’entrée (100 pesos par personne, environ 2 euros) et pénétrons dans un autre monde. Nous ne prenons pas le temps de nous promener entre les stands de nourriture qui proposent entre autre du lechon baboy et des petits gâteaux, ni d’arpenter les environs où les coqs semblent se faire soigner mais filons directement dans l’arène. Il semblerait qu’il y ait alors une pause car beaucoup de personnes en sortent. Nous nous faufilons entre les spectateurs, grimpons dans les gradins, trouvons une petite place non loin d’une des seules femmes présentes, et sommes pris immédiatement dans l’ambiance.

Sans comprendre ce qui a donné le signal, la foule de spectateurs, si calme l’instant précédent, se met à hurler et s’agiter en tous sens : les paris viennent sûrement d’être ouverts. Les bras se tendent, les doigts signent un langage saccadé, les regards se croisent, les parieurs s’appellent, sifflent, tapent des mains. Certains semblent haranguer la foule pour monter les enchères, d’autres cherchent à attirer l’attention pour indiquer leur volonté. J’ai les oreilles qui bourdonnent, je ne sais plus où regarder, qui écouter, quand tout à coup le silence s’impose. Le public est tendu, attentif : le combat vient de commencer.

Les coqs indifférents l’instant précédent, se jettent à présent violemment l’un sur l’autre. Dès la première attaque des plumes volent en tous sens. Les parieurs ne font qu’un avec les coqs et soutiennent chaque action d’exclamations qui vont et viennent comme des vagues. Un coq prend presque immédiatement le dessus, son ergot est déjà en sang, les hourras des parieurs gagnants sont prêts à exploser. Le meneur de jeu vient alors attraper les deux coqs pour les confronter une dernière fois. Le coq victorieux assène alors ses ultimes coups de becs : la foule compte un, dos… le combat commencé quelques secondes auparavant est déjà terminé !

Finalement, peu de hourras ni de vivats : les perdants ont les traits tirés tandis que les gagnants esquissent un sourire. Les billets froissés sont lancés au travers de la foule et rejoignent leurs destinataires. Le score est marqué à la craie sur le grand tableau noir. Un balayeur ramasse les plumes perdues, recouvre le sang versé de terre battue, le corps du vaincu laissé à terre est ramassé pendant que l’on prend soin de protéger l’érgot en métal acéré du gagnant qui devra bientôt y retourner. Les parieurs allument une cigarette, défroissent puis comptent leurs billets et scrutent le grand tableau pour savoir quels seront les deux prochains combattants.

Un combat de coqs en vidéo

Mots clés qui ont permis de trouver cet article :
  • coq philipin

Laisser une réponse

CommentLuv badge
 

top
Lire les articles précédents :
Hibok-Hibok, un volcan parmi tant d’autres à Camiguin

L’île de Camiguin est une île volcanique sur laquelle on ne trouve pas moins de sept volcans. Le Hibok-Hibok est...

Fermer
Suivez-nous !

Recevez chaque nouvel article directement par email.

Vous pouvez également nous suivre depuis notre flux RSS.