search
top

Guide de voyage : est-ce indispensable ?

Outils du voyageur

Après avoir pesé le pour et le contre de chaque objet à mettre dans nos sacs, nous avions décidé de ne pas porter de guides de voyage. Mais comme nous sommes de nature prudente, nous avions tout de même pris quelques morceaux choisis en PDF sur ebook, au cas où. Surtout qu’avec les préparatifs – visas, appart’, banque, assurances, sacs, etc… – nous avions complètement délaissé la partie voyage. Nous voilà donc débarquant à Yangon, capitale de la Birmanie, sans préparation ni guides

Sans guide, ça se complique

Savez-vous combien de décalage horaire il y a en allant en Birmanie ? Nous non plus ! Comme nous ne sommes pas idiots, pas besoin de guide, plein d’indices se promènent un peu partout : +5h30 par rapport à Paris. Donc, première difficulté, vraie pour tout le monde, décalqués !

Deuxième difficulté : l’argent. Surtout en Birmanie, puisqu’il n’y avait pas (jusqu’à récemment) de distributeurs de billets… Il y en a bien un à l’aéroport mais hors service à notre arrivée. Nous savions qu’il fallait apporter des dollars (bien heureux) et nous pensions les changer à l’aéroport en Kyat (prononcer un truc entre tchat et tchiat), la monnaie locale. Cependant, à 6h30 du matin, rien n’était ouvert. Adieu notre envie de bus afin de bien prendre le pouls du pays ! Nous voilà contraints et forcés de négocier âprement le taxi en dollars (surtout que nous ne connaissions pas le taux de change !) – 6 dollars, un très bon prix semble-t-il.

Enfin, c’est bien beau de négocier un taxi lorsqu’on ne sait pas où aller… Heureusement, nous avions organisé un clone de l’apéro voyageurs (avec Jérémy et Gaëlle ainsi que Charlène et Nico) qui nous a permis de choisir un point de chute plus simplement. Il est également assez facile de se procurer une carte de la ville à l’aéroport, ça peut aider !

Les difficultés ne s’arrêtent pas là : avez-vous déjà essayé de trouver une guest house dans une capitale en allant au hasard des rues ? Pas si simple ! D’autant que lorsqu’on demande aux locaux, tous vous redirigent vers la seule guest house que nous avions déjà trouvée et qui était full … Mais nos deux heures d’efforts auront été récompensées car la septième (!) tentative fut la bonne. Il faut dire qu’en Birmanie, il semblerait que le tourisme explose (les prix aussi) mais que l’offre en hébergement n’ait pas la même vélocité. Résultat, les guest houses fixent leur prix. Il n’est pas rare de trouver des trucs minables pour des prix absolument prohibitifs ! En effet, les prix ont augmenté de deux à cinq fois ! Pour certains, on est passé de $10 à $45 ! On trouve des guest houses à la propreté plus que douteuse : poussière, draps sales, chats errants, odeurs nauséabondes et pas de fenêtre pour $30, ça fait rêver ? La moindre chambre sans fenêtre et sans douche est aux alentours de $25 (dans le quartier de la Sule Paya du moins !). Il faut persévérer car nous avons finalement atterri dans un hôtel à l’accueil affable dans une chambre lumineuse (avec salle de bain partagée) mais à $23 seulement, ce qui est (et de loin) le meilleur rapport qualité / prix de la dizaine d’hôtel qu’on a visité !

Sans guide, bonjour la liberté !

La guest house que nous avons trouvée n’est pas encore référencée dans les guides. Cela explique peut-être son bon rapport qualité/prix. Scotchés à nos bouquins, nous serions sûrement passés à côté ! Le nez en l’air à la recherche des enseignes d’hôtels, nous en avons profité pour mieux nous approprier la ville en prenant des points de repères. Et finalement, fini les énervements en ne trouvant pas la bonne rue d’un hôtel qu’on aurait pu repérer au préalable dans le guide, tout ça pour apprendre qu’il était complet !
Il en est de même avec les restaurants ou tout autre « trucs » indiqués dans les guides : ne pas les lire évite d’aller dans les endroits les plus touristiques, de perdre des heures à aller dans des endroits précis, et d’être déçus car ce qui plait aux rédacteurs ne nous plait pas forcément …

Faut-il jeter son guide à la poubelle ?

Shwedagon Pagoda - Birmanie

Assurément non. C’est une mine de bonnes infos. Un exemple simple : nous avons visité la Shwedagon Pagoda. A $5 l’entrée par personne, nous n’avons eu aucune plaquette d’explication : nous étions bien contents de pouvoir découvrir toutes les informations (très détaillées !) du Lonely Planet acheté sur ebook.
En conclusion, c’est comme tout, il faut savoir les utiliser à bon escient. Voyager complètement sans guide risque de vous faire louper pas mal de choses mais rester le nez dedans aussi !

7 réponses à “Guide de voyage : est-ce indispensable ?”

  1. tifleur dit :

    C’est génial, on apprend même de nouveaux mots en vous lisant!
    tifleur Articles récents : Questions ouvertes sur TiFleur BoulevardMy Profile

  2. Sarah dit :

    On est partis avec le guide papier « Transsibérien » du Lonely Planet qui nous a été utiles pour les arrêts du train, l’alphabet russe, et des infos sur les villes… dont nous ne voyions que les gares 🙂 Mais c’est tout ! Je me dis qu’on pourra profiter du web avant chaque pays pour trouver les infos nécessaires… Mais bon.

    Mais que pensez-vous des guides sur liseuse ? Est-ce intéressant ? Nous, on a une toute petite kobo, faut-il nécessairement un grand écran pour bien utiliser un guide numérique ? Pour le moment, on ne sait pas trop ce que l’on fera mais j’imagine qu’il faudra qu’on achète tel ou tel chapitre à un moment…

    Merci aussi pour les petites infos sur l’hébergement en birmanie. J’ai lu quelque part que les habitants n’avaient pas le droit d’héberger d’étrangers. Bon. Pourriez-vous nous filer le nom de votre hotel au prix intéressant ? D’ici notre arrivé, le prix aura peut être quintuplé mais ca peut aider 🙂

    Bonne route, on vous souhaite tout de bon et on vous envoie des bisous (gelés) d’Irkoutsk 😀

    • Nico dit :

      Pour la liseuse, si c’est du PDF, c’est un peu chiant mais ça permet de lire un peu de culture sur les endroits visités. On ne s’en sert pour pas grand chose d’autre pour le moment… Si c’est au format ebook c’est un peu plus simple d’utilisation. Ceci dit, la recherche textuelle est sympa quand même :p

      Pour l’hôtel en question, on fera un récap sur la Birmanie avec quelques bonnes adresses d’ici 2 ou 3 semaines …

      Le plus pénible finalement en Birmanie, c’est les connexions internet et les coupures d’électricité intempestives et assez longues !

  3. Sans guide hmmm? Je ne pense pas de voyager sans guide, mais vous avez raison, il faut pas suivre tous ses bons plans, finalement, c’est aussi de la publicité.
    A mon avis, le guide nous aide à ne pas louper des sites incontournables, et puis, nous devons les comparer aux avis des internautes en ligne pour éviter de faire un voyage trop classique sans intérêt.

    • Nico dit :

      Tu devrais pourtant essayer, c’est vraiment sympa 🙂 Pour les sites incontournables, il suffit de demander. Ça prend plus de temps mais ça se fait aussi très bien.
      Le seul hic, c’est que quand tu arrives en ville, tu n’as aucune idée d’où aller ni où se trouvent les hôtels. Dans les grandes villes, c’est une plus galère mais pas non plus insurmontable.

  4. Caro dit :

    Bonjour!

    Avec mon copain, nous souhaitons également faire un tour de l’Asie en 6 mois 🙂 La grosse question (parmis tant d’autres …!) est la question des guides touristiques ! Je profite de votre expérience pour savoir si vos trajets de villes en villes dans un pays, ou la traversée des frontières au sol sont difficiles à appréhender sans les conseils d’un guide ?
    Merci

    • Bicou dit :

      Super 6 mois en Asie, je trouve que c’est une bonne idée 😉
      C’est vrai que parfois les conseils d’un guide pour les transports sont assez clairs et pratiques. Nous avions donc sur l’ordi des versions pdf de guide afin de pouvoir y piocher quelques infos utiles de temps à autre.
      Pour ce qui est du passage des frontières, nous n’avons pas eu de difficulté car nous sommes toujours arrivés en avion. Je pense qu’en lisant des blogs de voyageurs tu trouveras des infos plus récentes sur les arnaques potentielles à éviter et sur les meilleurs endroits pour passer.
      En tous cas il ne faut pas oublier que beaucoup de choses qui nous paraissent confuses avant de partir s’éclairent en arrivant sur place ! (tiens tiens c’est un bon conseil que je devrais me répéter en ce moment car je suis en peu perdue dans la préparation de notre road trip aux USA 😉 )
      Bon voyage !

Laisser une réponse

CommentLuv badge
 

top
Lire les articles précédents :
Questions posées aux Bicnics : ils vous disent tout !

Depuis quelques temps déjà, une longue chaîne d'articles a pris forme et se propage de blog en blog. Le principe...

Fermer
Suivez-nous !

Recevez chaque nouvel article directement par email.

Vous pouvez également nous suivre depuis notre flux RSS.