search
top

Shimanami Kaido depuis Onomichi : une piste cyclable de 70 kilomètres

Pour ce voyage au Japon version 2016, la seule chose prévue avant d’arriver était de parcourir à vélo la piste cyclable Shimanami Kaido longue de 70 kilomètres. Cependant, pour ne rien changer à nos habitudes, rien ne fut préparé avant d’être réellement sur place : pour une fois cela s’est avéré un peu plus compliqué que prévu…

Comprendre le fonctionnement de la Shimanami Kaido

Location de vélo à Onomichi

Louer un vélo, c’est vraiment la partie la plus simple à organiser :

  • soit vous êtes un cycliste aguerri et une simple bicyclette ne vous suffit pas : allez louer chez Giant pour environ 4000 yens la journée ;
  • soit vous êtes un touriste du cyclisme et comme nous, vous allez dans le parking près de la mer, quasiment en face de la gare, où pour 1000 yens la journée (7 heures – 19 heures) un bon tas de ferraille vous attend sagement.

À savoir si vous louez chez les « pas chers » :

  • une caution de 1000 yens est à payer en plus de la location.  Vous récupérerez cette caution si, et seulement si, vous retournez le vélo exactement au même endroit. Si vous rendez le vélo dans un autre des points de location, ces 1000 yens sont définitivement perdus.
  • des vélos électriques et des tandems sont également disponibles : dans ce cas il faut peut-être s’y prendre un peu en avance. En effet, ceux-ci doivent obligatoirement être retournés au même point de location. Sincèrement, le vélo électrique n’est pas nécessaire. Le tandem nous tentait bien mais nous n’étions pas sûrs de revenir à vélo à notre point de départ !

Gérer ses bagages

Vous voulez repartir du même endroit :

  • soit vous laissez vos bagages à votre hôtel,
  • soit l’hôtel Green Hill (vers la gare) se fera un plaisir de les garder pour 500 yens la journée,
  • soit vous utilisez les consignes à bagages de la gare qui coûtent entre 300 et 700 yens la journée selon la taille choisie (attention, maximum 3 jours). Nous avons opté pour cette solution car les deux sacs rentrant dans une consigne, le coût était moins élevé.

Vous rendez le vélo plus loin et continuez votre voyage :

Vous êtes organisés (vous avez lu l’article en entier et savez ce que vous allez faire) et connaissez les prochaines étapes de votre périple : faites livrer votre sac à la destination finale. Des voyageurs rencontrés dans notre guesthouse nous ont dit que pour une quinzaine d’euros par sac (le prix dépend de la taille), ceux-ci pouvaient être livrés au prochain hôtel, mais aussi dans des gares ou des convenience stores. Attention, il faut tout de même les déposer avant 17h pour une livraison le lendemain ou après.

Créer son itinéraire

Sur place, de nombreuses cartes sont disponibles et la Shimanami Kaido devient alors un peu plus claire. Les différentes îles, les différents points de location de vélos et les différents transports entre les îles sont indiqués. En effet, pour compliquer la chose, cette piste cyclable est à cheval sur deux préfectures (celle d’Hiroshima et celle d’Ehime) qui ne se sont pas accordées entre elles… Il n’y a donc pas de moyen évident – à première vue – de pédaler d’Onomichi (préfécture d’Hiroshima) à Imabari (préfécture d’Ehime) puis de rentrer en ferry (avec son vélo) à Onomichi pour récupérer la caution… Pour nous, place au suspens, nous partons sans trop savoir ce que nous allons faire !

Et enfin pédaler sur la Shimanami Kaido !

S’échauffer (sur un ferry)

Ne réussissant pas à réserver sur internet un hébergement dans notre budget, nous décidons finalement de partir et comptons sur l’air du grand large pour nous éclaircir les idées et nous apporter une solution. Nous enfourchons donc enfin nos vélos ! Mais nous avons à peine le temps de nous échauffer que l’on s’arrête déjà. La balade commence en effet par une traversée en ferry pour éviter le premier pont (le seul déconseillé aux vélos). Nous croisons sur ce ferry des cyclistes suréquipés et nous avons l’impression d’être des usurpateurs avec nos bicyclettes antiques et notre look casual !

Enfin, nous commençons à donner les vrais premiers coups de pédale en suivant la ligne bleue. Pour l’instant nous sommes en ville, pas vraiment sur une piste (c’est juste le bord de la route) et les paysages sont très industriels : en toile de fond nous voyons de nombreux chantiers navals et autres zones portuaires plus belles les unes que les autres …

Pédaler et avaler des kilomètres sans effort (presque)

Arrive le premier pont : pause photos obligatoire pour tous avant la première montée. En effet, l’ensemble du parcours est assez plat excepté les montées sur les ponts qui jalonnent la Shimanami Kaido. Néanmoins, les accès aux ponts sont conçus pour les deux-roues qui n’ont pas le même trajet que les voitures. Les montées ne sont donc finalement pas si difficiles que prévues et ont l’avantage d’être à l’écart de la circulation. Et puis, si on monte pour accéder au pont, il y a le même dénivelé pour rejoindre l’île suivante et ça c’est vraiment la partie la plus sympa ! Pour info, jusqu’en mars 2018 tous les ponts de la Shimanami Kaido sont gratuits pour les vélos : pas besoin de jeter la somme indiquée dans les boîtes, c’est uniquement pour les deux-roues motorisés !

Nous poursuivons donc notre balade à vélo et ponctuons le parcours de petits arrêts géocaches. Le temps est maussade et les paysages ne sont pas renversants mais nous avançons finalement sans nous en rendre compte. On se trouve tout de même un super spot de pique-nique et avant d’y prendre garde, il est 14h et nous sommes déjà arrivés à peu près à mi-parcours. Nous allons alors à l’office de tourisme de la ville qui en moins d’une minute nous trouve un hébergement pour le soir même : 4800 yens par personne avec le repas du soir et du lendemain matin inclus. Nous pédalons jusqu’à cet endroit. Là, nous sommes unanimes, on va continuer à pédaler, pas moyen de dormir dans cet endroit si tristoune et trop cher pour notre budget ! Passons notre chemin, nous allons bien trouver quelque chose d’autre en route.

S’interroger sous la pluie…

Le pont entre l’île d’Ikuchijima et celle d’Ōmishima nous offre enfin une très belle vue. Une belle vue sur la baie mais aussi sur le mauvais temps qui arrive très vite… Nous poursuivons un peu et quelques gouttes nous rattrapent : nous nous arrêtons alors juste après la traversée et réfléchissons. Nous n’avons pas vu d’autre hébergement indiqué. Il pleut et il fait froid. Nous avons déjà un peu les ischions talés. Le mauvais temps est aussi annoncé pour demain et nous ne sommes pas incommensurablement emballé par cet endroit… Réflexion puis conclusion : on rentre à Onomichi !

Retour à Onomichi en ferry (avec les vélos)

Le météo maussade se transformant en mauvais temps, nous pédalons énergiquement pour revenir jusqu’au port de Setoda. Nous arrivons juste à temps pour prendre l’avant dernier ferry de 17h10 arrivant à Onomichi à 17h49. Il faut prévoir 1050 yens par personne + 300 yens par vélo. Attention, le dernier ferry de 18h50 ne permet pas de restituer son vélo le jour même puisqu’il arrive à Onomichi après la fermeture du point de location des vélos. Dans le ferry du retour, nous nous interrogeons sur cette piste cyclable et notre ressenti. En effet, nous sommes mitigés : l’organisation pour tenir notre budget fut complexe, la piste n’est pas du tout en pleine nature (je ne sais pas pourquoi nous nous étions imaginé cela), les paysages sont sympathiques mais sans être éblouissants et la météo ne les sublimait pas…

 

Finalement, sans être les rois du vélos, nous avons parcouru 50 kilomètres sans peine et avec une météo plus favorable nous aurions pu faire les 70 kilomètres de la piste en une seule journée. Cependant, avoir passé autant de temps à se décider sur le parcours et à chercher infructueusement des hébergements sur le net auront rendu l’organisation de cette promenade à vélo un peu trop fastidieuse à mon goût. Néanmoins, nous sommes contents d’avoir tenté l’aventure : si c’était à refaire, nous referions finalement exactement le même parcours sans chercher à organiser quelque chose de plus complexe !

Laisser une réponse

CommentLuv badge
 

top
Lire les articles précédents :
Une rapide escale à Matsuyama

Un peu secoués par nos derniers jours près du volcan Aso, nous quittons précipitamment l'île de Kyushu et débarquons sur...

Fermer
Suivez-nous !

Recevez chaque nouvel article directement par email.

Vous pouvez également nous suivre depuis notre flux RSS.