search
top

Un an déjà…

Il y a un an, nous étions en train de vivre notre première journée de voyage… Lundi 4 février 2013 nous avions embarqué à bord d’un vol à destination de Yangon, première étape de notre périple tant attendu.  365 jours après, je savoure encore ce bonheur d’alors et me remémore avec beaucoup d’émotions ces instants qui sur le moment me paraissaient surréalistes !

Juste avant de partir

Jusqu’au vendredi soir nous étions au boulot et j’ai commencé à comprendre qu’il ne s’agissait pas d’un départ en weekend comme les autres seulement au moment où j’ai fermé la porte de ma classe à clef. Toutes les lumières de l’école étaient éteintes et je me suis retrouvée dans le couloir (dans le noir, si vous avez bien suivi) avec une sensation étrange : on dirait que quelque chose se prépare 😉

Une heure plus tard je devais sans doute être arrivée à la maison familiale (notre appart’ était déjà loué) mais de toute cette soirée je n’ai plus aucun souvenir ! Les deux derniers jours en France ont filé à toute allure entre les derniers achats, les passages à la pharmacie, la queue interminable à la poste (ça je m’en souviens bien !!), la todo list pas encore entièrement checkée, les pesées de nos ziplocks et la question incontournable “je prends ou je ne prends pas ?” !

Bref, au final nos sacs étaient fermés le dimanche soir taaaaard et pourtant ce n’était pas faute de les avoir anticipés !

L’heure du grand départ

En pantalon de toile et chaussures de trail qui laissent bien passer l’air frais de février à Paris, nous voilà dans le RER. Bon ok, pas trop de changements avec un lundi matin classique, sauf que là, nous étions en direction de l’aéroport !

Ma maman nous a accompagné et au moment de se séparer, j’ai senti comme un trop plein d’émotions… Vous ne me croirez peut-être pas, mais je ne m’étais pas du tout attendue à verser ma petite larme !

En vol, je plane

Précisons que même avec l’adrénaline du départ,  je me sentais bien fatiguée : tout le weekend je m’étais dit : “vivement qu’on soit dans l’avion que je puisse me reposer”. Et bien c’est exactement ce que j’ai ressenti en prenant enfin place ! Chic, huit heures sans RIEN avoir à faire, ni préparer et encore moins penser…

Ce fut durant ce vol que mon subconscient a enfin eu la parole et que j’ai fait un bon petit rêve comme je sais les faire. Je me suis vue (en rêve donc) partir en voyage pour six mois (original ?). Mais pendant ce temps il y avait mon autre moi qui ne rêvait pas (un rêve dans un rêve en somme) qui se disait “Quand même, faut pas dépenser tant d’argent juste pour ça. Faut faire un remboursement anticipé du prêt de l’appartement plutôt”. Finalement ce fut le seul moment de tout le voyage où je me suis demandé ce que je faisais là ! Ah non, je mens, il y a aussi dans l’avion du retour quand on se disait qu’on aurait dû partir plus longtemps, mais ça c’est un autre débat !

À nous l’Asie !

Une fois débarqués en Birmanie sans guide papier, l’aventure a immédiatement commencé : négociation de taxi pour aller en ville, recherche d’une chambre potable, découverte du premier repas de rue birman et pagodes dorées en toile de fond. C’est pourtant seulement au petit déjeuner le lendemain matin, assis sur les minis tabourets en train de discuter avec la famille cuisinant des chapatis que je me suis dis “Ca y est, j’y suis !” car je vivais le premier moment de ce que j’étais partie chercher… et trouver !

Une seule réponse à “Un an déjà…”

  1. Le temps passe mais les souvenirs restent ! C’est ce qui est important 🙂

    Un prochain voyage bientôt ?
    Manu @ VoyageAvecNous Articles récents : Vivre à Darwin en tant que backpackerMy Profile

Laisser une réponse

CommentLuv badge
 

top
Lire les articles précédents :
30 ans, 30 îles

J'aurais aimé fêter mes 30 ans sur la route. L'anniversaire d'une Bic avec son Nic quelque part sur une île...

Fermer
Suivez-nous !

Recevez chaque nouvel article directement par email.

Vous pouvez également nous suivre depuis notre flux RSS.